Histoires & Souvenirs

Collecteur de mémoires

Saïd

IMGP0210

Né en 1960

A Asilah ( Maroc )

Asilah, à cette époque, était un petit village de pêcheurs. Mes parents, qui habitaient l’ancien quartier Chriour, avaient acheté une petite maison dans le quartier Abou Kacem Chabi. Quand ils sont arrivés, c’était une vieille maison faite de tôles et de roseaux. Nous en avons fait la maison qu’elle est aujourd’hui. Quelques années plus tard, une famille est venue habiter à côté de chez nous. À cette époque, il n’y avait pas beaucoup de maisons, trois me semble-t-il. J’avais à peu près 18 ou 19 ans. Chez ces nouveaux voisins, j’ai vu une demoiselle, et c’est ainsi que je suis tombé amoureux. Cela a duré cinq ou six ans, puis j’ai décidé de me marier, et j’ai réussi. Je n’étais pas paresseux, je travaillais. En dehors de mes études, j’étais photographe touristique. Je gagnais ma vie, je sentais que c’était le bon moment pour me marier.

Le système d’enseignement au Maroc ressemble à celui de la France. Il y a l’école primaire (quatre ans), puis le collège (quatre ans), et le lycée (trois ans). Après, il y a le baccalauréat, et ensuite il y a les facultés.

Au collège, nous avions une dame qui était professeur d’art, et elle a trouvé que j’avais une certaine valeur artistique. said7Un jour, elle m’a dit : « Saïd, tu devrais contacter une école des beaux-arts. » Nous ne connaissions pas les démarches pour s’inscrire dans ces écoles, alors elle nous a tout expliqué. C’était un professeur d’origine espagnole qui s’appelait Mme Elina, une artiste très connue à Asilah. Il y avait des écoles des beaux-arts à Casablanca, à Fès, et à Tétouan. Il fallait passer un concours d’admission. Mon choix s’est porté sur Tétouan, car ce n’était pas très loin d’Asilah. J’ai passé le concours et j’ai été reçu. Mais mes parents n’ont pas été d’accord. Ils voulaient d’abord que je fasse des études. Alors j’ai repris les études à Asilah, mais ce n’était pas ce que je voulais. Au bout de quelques mois, mon père a vu que je n’étais pas content. Il m’a dit : « écoute mon fils, fais ce que tu veux. » Je me suis alors réinscrit à l’école de Tétouan, il a fallu que je repasse le concours d’admission, et de nouveau je l’ai réussi. J’ai étudié trois ans à Tétouan : l’année préparatoire, la première année, et la terminale et j’ai réussi les trois années. J’ai continué mes études supérieures d’art, pendant trois ans, en Espagne. À Madrid, à l’université San Fernando.

1 Comment

  1. Histoires-et-Souvenirs

    11 mai 2016 at 8 h 53 min

    Le texte de Saïd a été collecté lors d’un voyage au Maroc d’un membre d’Histoires et Souvenirs en 2010.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Please copy the string JEk5GY to the field below: