Histoires & Souvenirs

Collecteur de mémoires

Patricia

patricia5

Née le 24 juin 1979

A Lyon ( Rhône )

En octobre 1992,  je travaillais à mi-temps depuis près d’une dizaine d’années, et j’avais compris que j’allais me retrouver seule avec mes enfants et qu’il fallait à tout prix que je travaille à plein temps. J’habitais à ce moment-là une belle résidence à Avignon.

Le bruit  courait qu’une entreprise de la région parisienne recherchait un chauffeur auto. J’avais le permis. Alors je suis montée à Paris. Je me suis présentée à cette place. Le fonctionnaire pour lequel j’ai travaillé avait aussi une comptable. Donc pour moi tout avait l’air de tenir la route. J’étais crédule.

Il y a des lois que j’ignorais. On ne peut à la fois être fonctionnaire de police et chef d’entreprise.

Le travail consistait à emmener sa fille qui était épileptique  mais qui savait faire quand même pas mal de choses. Elle avait un immense stand de bonbons et de produits naturels sur les marchés de Paris même et de la région. Chaque jour de la semaine, vers 4 heures du matin, il fallait charger le véhicule. Moi je ne m’occupais que de l’emmener ; après, elle se débrouillait toute seule et moi, je faisais ce que je voulais jusqu’à ce qu’elle remballe vers 2 heures de l’après midi et je la ramenais. Ca a duré un mois et demi.

Dans le véhicule, mon fauteuil était avancé, tellement on était surchargé, et ma ceinture de sécurité je n’y avais pas accès.  Au bout d’un mois et demi, en revenant de Paris, en sortant de l’autoroute, les freins arrière ont lâché. Mon employeur  m’avait dit de faire attention, qu’il y avait un problème de frein avec ce véhicule, mais qu’il n’avait pas les moyens en ce moment de les faire changer. J’ai fait trois tonneaux. Il y avait sa fille dans la voiture et elle n’a rien eu. Moi je me suis retrouvée en réanimation au centre hospitalier de Meaux en Seine et Marne.

Quand je suis sortie de réanimation, une dame m’a donné un papier à remplir pour l’accident de travail, mais mon patron m’a arraché le papier des mains. Comme il m’hébergeait avec mes enfants à ce moment- là, il m’a fait du chantage. Il m’avait déjà demandé de lui donner mon livret de famille et le passeport, pour qu’il soit en sécurité dans son bureau. J’ai été forcément convoqué par la police de Seine et Marne pour faire une déposition. A la suite de l’enquête, on m’a rendu mon permis de conduire et je n’ai pas été tenue responsable de l’accident. Mais j’ai tout perdu. Je me suis retrouvée à la rue, et il a fallu que je place mes enfants en famille d’accueil, le temps de refaire surface.

1 Comment

  1. Histoires-et-Souvenirs

    11 mai 2016 at 8 h 48 min

    Le texte de Patricia a été collecté lors d’un projet avec l’accueil de jour du Secours Catholique d’Avignon (84000) en 2009.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Please copy the string Rmkutk to the field below: