Histoires & Souvenirs

Collecteur de mémoires

Mustapha

IMGP0166

Né le 9 juin 1962

A Sidi Slimane ( Maroc )

Je m’appelle Mustapha, je suis né le 9 juin 1962 à Sidi Slimane. C’est un petit village dans les montagnes, au nord-ouest du Maroc, dans la province de Kenitra. C’est très joli, mais dans les montagnes, il n’y a pas beaucoup de choses à faire. On s’ennuie un peu. Et la vie est dure. Mon père avait un petit commerce d’oranges, et ma mère est morte lorsque j’étais encore enfant. Mon enfance a été assez dure.

Je suis parti de Sidi Slimane quand je n’avais pas 20 ans. Et je suis venu à Asilah. À mon arrivée, Asilah était encore un petit village de pêcheurs très tranquille. Aujourd’hui c’est très grand. Il y a des villas tout le long de la côte. C’est devenu très touristique. Mais la vie à Asilah est vraiment très bien. Il y a la mer, c’est très joli, et les gens sont très tranquilles. Moi je veux rester jusqu’à la fin de ma vie à Asilah. Vraiment.

Lorsque je suis arrivé, je suis devenu le gardien du parking de Bâb Omar, devant la médina, place Léopold Sédar Senghor. Aujourd’hui je suis marié, ma femme fait le ménage dans la médina. Et j’ai un petit garçon, Mohamed, 10 ans. Il va à l’école. Nous louons une petite maison pas loin de la médina et moi, je suis toujours le gardien du parking de Bâb Omar. Mais maintenant, j’ai ma carte d’autorisation officielle de la police. Tout le monde me connaît, et tout le monde sait que je suis tranquille et correct. Je n’ai jamais eu de problèmes avec la police.

J’aimerais un jour avoir ma maison, mais c’est très difficile. Les maisons coûtent très cher et je ne gagne pas beaucoup d’argent. Je travaille du matin 8 heures ou 9 heures jusqu’au soir 19 heures ou 20 heures. Les clients qui le veulent, je leur lave la voiture bien comme il faut. Je gagne entre 50 et 110 dirhams par jour. Un peu plus l’été et le week-end. Le soir, j’aide mon fils à faire ses devoirs, ou je joue un peu avec lui. Avec ma famille je suis bien. Mais c’est un peu dur la vie.

mustapha2

Je m’appelle Mustapha, mais beaucoup de personnes m’appellent « Américain ». C’est par ce que, jeune, quand je suis arrivé à Asilah, je faisais un peu de commerce de cigarettes. J’allais à Tanger prendre des cigarettes américaines et je les vendais à Asilah. Les gens d’Asilah savaient que j’avais des cigarettes américaines et lorsqu’ils me voyaient et qu’ils voulaient des cigarettes américaines, ils m’appelaient en disant « Américain ! ». Et puis c’est resté.

1 Comment

  1. Histoires-et-Souvenirs

    11 mai 2016 at 8 h 57 min

    Le texte de Mustapha a été collecté lors d’un voyage au Maroc d’un membre d’Histoires et Souvenirs en 2010.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Please copy the string FdTVKG to the field below: