Histoires & Souvenirs

Collecteur de mémoires

Marie Josée

MJ1

Née le 13 août 1949

A Sorgues ( Vaucluse )

 

Nous sommes partis de la maison rue Achille Maureau où nous étions locataires. La propriétaire vendait la maison et mes parents ne pouvaient pas l’acheter. Il y avait un camp où à une époque il y avait des asiatiques je crois, ensuite des familles qui arrivaient se sont installées là.

Ce n’était pas une cité, il y avait des bâtiments en long avec des douches et toilettes au milieu. Il n’y avait pas de fenêtre, rien. C’était peut-être un camp militaire à la base. Et donc nous sommes venus là. On ne payait pas de loyer, cela nous à permis d’arranger un peu le lieu,  de faire des sanitaires. Je crois que l’on ne payait même pas l’électricité. On a vécu dans ce camp qui se trouvait à l’emplacement du stade Badaffier. Il y avait environ 60 familles. Il y avait des italiens, des espagnols, des algériens, des chinois, des polonais. Il n’y avait pas de chauffage, l’hiver nous prenions des boites de conserve avec de l’alcool dedans et on se chauffait comme cela. Nous mettions des cailloux dans le four de la cuisinière, ensuite nous les mettions dans le lit. Nous avions des chiens, des chats, des canards et même des renards, des chèvres et des moutons. Les gens de Sorgues disaient que c’était Chicago.

Le cirque venait, il y avait des spectacles. Je m’étais fait des copines qui m’apprenaient à marcher sur le fil. Un jour, il y a un lion qui s’était échappé de sa cage et nous le cherchions partout dans le camp. Il était dans la cour de celle que l’on appelait la chinoise. Elle ne l’avait  pas vu. Ça avait été une vraie révolution. Ils ont fini par l’attraper et le remettre dans sa cage.

Quand mes frères ont été en âge de travailler, ils ont fait un centre d’apprentissage en maçonnerie. Ils étaient tous maçons chez nous.

A l’origine mon père était routier  puis il a arrêté pour devenir maçon. Le mari de ma sœur aînée  travaillait dans l’entreprise de maçonnerie Janin à Avignon. Mon frère né en 39 est entré dans l’entreprise, ainsi que mes frères nés en 40, en 44 et en 51. Avec mon père et mon beau frère ils étaient six de la même famille, ils auraient pu monter une entreprise. Ils savaient tailler la pierre, c’était de très bons maçons.

1 Comment

  1. Histoires-et-Souvenirs

    11 mai 2016 at 8 h 41 min

    Le texte de Marie-Josée a été collecté lors du second projet avec le foyer logement du Ronquet à Sorgues (84700) en 2015.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Please copy the string qE4y7r to the field below: