Histoires & Souvenirs

Collecteur de mémoires

Lucienne

P1050065

Née le 289 avril 1928

A Petite Forêt ( Nord )

J’ai connu mon mari grâce à mon frère qui travaillait chez Monsieur et Madame Roland. C’était une grande maison où il vendait tout ce qui était vaisselle et ustensiles de cuisine.  Il y venait les représentants des fabricants et eux avaient leurs représentants pour les détaillants. Ils avaient beaucoup d’employés. Il y avait ceux qui s’occupaient des marchandises qui arrivaient, d’autres pour les marchandises qu’il fallait livrer, sans oublier le secrétariat. Mon mari était directeur commercial. Mais quand je l’ai rencontré il ne l’était pas encore. Il a toujours travaillé là. C’était à Marly les Valenciennes.

Ensuite SCAN0010je me suis mariée en janvier 1955, après son service militaire. Les grands-parents de mon mari avaient un terrain un peu plus loin, à Beuvrages. Ils lui ont donné et de là il a fait construire une belle maison. C’était au 75 rue des P
oilus. Et je me souviens même encore du numéro de téléphone, 46.94.66. Mais celui d’aujourd’hui je ne m’en souviens jamais. Nous avions quatre chambres en haut. Nos filles avaient chacune leur chambre, nous avions la notre et la dernière mon mari en avait fait son bureau. En bas nous avions un grand hall d’entrée, très beau, avec une porte à double battant qui donnait dans la salle à manger où nous recevions pour Noël ou pour d’autres occasions. Il y avait le chauffage central  partout, des volets. Le garage était sur le côté. Devant il y avait un parterre où j’avais mis des roses rouges. J’aimais bien mes rosiers. Il y avait également une véranda qui faisait toute la maison par derrière, et dans la véranda il y avait une pompe pour l’eau de pluie, avec une citerne, comme chez ma grand-mère. Quand la maison a été finie  il a peint toutes les boiseries, et ensuite moi j’ai fait toute la tapisserie de la maison. Cela me plaisait, j’y mettais beaucoup d’application et les raccords étaient bien faits. J’avais une chienne caniche et une chatte siamoise ainsi qu’un poulailler. J’ai eu mon permis de conduire après m’être mariée, en 1959. J’avais 31 ans.

J’ai eu deux enfants, deux filles. Une en décembre 1955 et la deuxième en septembre 1957. Je n’ai pas voulu d’un troisième. Je ne me suis pas sacrifiée parce que c’était un plaisir, mais c’était déjà du boulot.  Mon mari avait un caractère spécial. Il était fils unique,  sa mère avait été fille unique, son père fils unique, alors c’était plutôt sa famille qui comptait. Quand il revenait du travail il passait d’abord chez sa grand-mère, puis chez son papa. Moi je ne voyais même plus ma famille. Lorsque mes grands-parents sont décédés, je n’ai pas été prévenue. Ensuite ma belle-sœur m’a prévenue quand mon frère est décédé, mais mon mari était gravement malade et il est mort peu de temps après. Pourtant j’aimais vraiment mon frère.

1 Comment

  1. Histoires-et-Souvenirs

    4 mai 2016 at 13 h 43 min

    Le texte de Lucienne a été collecté lors d’un premier projet avec le foyer logement du Ronquet à Sorgues (84700) en 2012.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Please copy the string Z29hBk to the field below: