Histoires & Souvenirs

Collecteur de mémoires

Jeanine

jeanine3

Née le 22 juin 1930

A Rognonas ( Bouches du Rhône )

J’ai habité où il y a la fontaine, rue de la République. Il y avait le marchand de voitures d’enfants Georges, et moi j’habitais juste au-dessus du magasin qui s’appelait « Au Singe Vert ». Derrière, là où il y avait les Nouvelles Galeries, ça allait vers la place Saint Didier. Un jour, la dame du Singe Vert a dû s’absenter en vitesse, en oubliant carrément de fermer la porte de son magasin et celle du couloir ! C’est mon mari qui s’en est aperçu. Je lui ai dit : «  Moi je sais où elle habite, tu restes devant la porte, et je vais le lui dire. » Elle nous a vivement remerciés, pensez donc, elle aurait pu être dévalisée, elle n’aurait plus rien eu le lendemain. Vous imaginez comme elle était contente ! Avec les copines on se retrouvait à la fontaine, ça faisait un clan. En face il y en avait d’autres mais sans que je sache pourquoi – même maintenant, je ne pourrais pas le dire – on ne se mélangeait pas. Chacun montait la rue de la République, mais toujours du même côté.

 Après, j’ai travaillé chez Casalino, vers la place Saint Didier, non loin d’une épicerie et d’une boucherie chevaline, avec à côté un magasin de musique qui vendait des accordéons, des pianos, de tout pour la musique, tout cela je le revois bien. Et là, il y avait Casalino. J’y faisais de la couture. J’avais une copine qui habitait de l’autre côté de ma fenêtre, et elle m’avait dit : « – Viens travailler chez Casalino ! » J’y suis venue et j’ai travaillé là jusqu’à ce que je sois enceinte. Après j’ai élevé mon bébé. Cela ne me déplaisait pas. J’étais toujours en train de tricoter ou de coudre. Je ne perdais pas mon temps. On  apportait du travail chez nous en plus. J’étais jeune quand même, mais il fallait travailler, notamment pour des gens qui venaient des alentours d’Avignon. Le travail fini, il fallait que je porte les commandes au car. Je prenais mon vélo. C’étaient quand même de bons moments, quand on y pense. Je revois aussi la clinique sur la place – je crois que c’était la clinique du docteur Passebois – et une école au fond. Ma belle-mère était née dans cette clinique. Je revois aussi le tailleur Achille, dans la même rue que Casalino, et le marchand de livres installé juste en face.

 

1 Comment

  1. Histoires-et-Souvenirs

    4 mai 2016 at 13 h 44 min

    Le texte de Jeanine a été collecté lors d’un premier projet avec le foyer logement du Ronquet à Sorgues (84700) en 2012.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Please copy the string ckQL1k to the field below: