Histoires & Souvenirs

Collecteur de mémoires

Hélène

helene

Née le 4 février 1930

A Hussigny Godbrange ( Meurthe et Moselle )

 

J’ai fini mes études et j’ai rapidement travaillé à la Brasserie de Champigneulles. Mon premier travail était de mettre les canettes dans les caisses afin qu’elles soient livrées dans les bistrots.

 Ils donnaient des responsabilités de grands à des adolescents car ils manquaient d’adultes. Les plus capables ils les mettaient sur des fonctions avec des responsabilités. C’est ainsi que j’ai pu accéder à un poste dans les bureaux, au service publicité. C’est moi qui rencontrais les représentants, je donnais les articles publicitaires. C’était un bon service. Je n’en ai vraiment que de bons souvenirs.

À Hussigny-Godbrange, c’est mon grand-père maternel qui tenait le cinéma. Et mon oncle Léon était le projectionniste. Ce qui m’a permis d’aller souvent au cinéma. De plus, j’avais la possibilité de monter dans la salle de projection d’où je pouvais voir le film beaucoup mieux que dans la salle.

Mon grand-père avait plein d’attractions, la salle de bal, les quilles modernes. Maintenant ça s’appelle le bowling. Parfois je travaillais là, mon rôle était de relever les quilles.

Puis j’ai rencontré un charmant jeune homme, alors que je travaillais encore à la brasserie. Nous avions seize ou dix-sept ans. Il s’appelait Daniel, il était maçon et d’origine italienne. Nous nous sommes fréquentés un moment puis nous nous sommes mariés et nous avons eu un fils. Nous habitions Bouxières-aux-Dames. Mais il est mort jeune, il avait vingt-huit ans, d’une tumeur au cerveau. Il avait reçu un tas de gravats sur la tête et il n’avait pas été soigné.

Ensuite je suis retournée chez mes parents jusqu’à ce que je trouve un homme qui veuille bien m’épouser. C’est ainsi que j’ai rencontré André, mon fils devait avoir deux ou trois ans. Lui aussi était maçon d’origine italienne. Nous avons tenu un commerce qui faisait épicerie, café et tabac. Nous avons bien travaillé. Mais il est mort jeune lui aussi. Par la suite ma sœur m’a aidée dans le commerce, mais j’avais six enfants, il a fallu que j’arrête de travailler.

Tous ont été élevés de façon à ce qu’ils aient une situation, et ils ont tous une situation. Sans mari cela n’a pas toujours été facile. J’étais sévère mais juste. Nous vivions chez ma tante Clarisse qui me dorlotait. Elle était très gentille.

1 Comment

  1. Histoires-et-Souvenirs

    4 mai 2016 at 13 h 36 min

    Le texte de Hélène a été collecté lors du second projet avec le foyer logement du Ronquet à Sorgues (84700) en 2015.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Please copy the string 5jhLXn to the field below: